Juan de Lerida   quartet

Juan est né en France dans une famille qui a quitté la province de Lerida sous la dictature franquiste. Ses aïeuls s’y étaient établis dans les années 30, sans doute en provenance immédiate de Saragosse en Aragon. La famille Claveria, en ces années de crise aigue remontait progressivement vers le nord comme le faisaient des milliers de migrants (Gitans ou non) fuyant les rigueurs d’une existence devenue misérable en Andalousie.

Ce sentiment du déracinement et de l’exil perpétuel est inscrit au plus profond de leur chair. Ils conservent en eux une irrépressible attirance pour une Andalousie qu’ils n’ont connue longtemps qu’au travers de ce que voulait bien leur en dire leurs aînés.

Ce flamenco qu’il n’a jamais appris, il le pratique depuis sa plus petite enfance.

Il apprend la technique instrumentale en autodidacte, en se cachant sous les tables pour observer les musiciens qui jouent pendant les fêtes de famille et en essayant de reproduire ce qu’ils entendent sur les disques de flamenco.

Déraciné, expatrié, il pratique le flamenco, certes, mais surtout, il l’a recréé par un travail d’imagination qui lui a permis d’éviter les pièges d’un apprentissage rigoureux qui consiste souvent à censurer les audaces dans le but de conserver les signes de l’authenticité. Sa manière d’aborder cette musique allie subtilement la tradition à la modernité.

Dans les années 80, Juan et son frère Bartholo, jeunes adolescents, se produisent en duo sur des scènes variées et émissions télévisées, en première partie de nombreuses vedettes , qui restent en admiration devant les petits prodiges. Ils se séparent à l’âge adulte, avec  une volonté de développer chacun leur carrière solo.

Juan se produit aujourd'hui avec son fils et son neveu car la tradition est souvent une histoire de famille.

 

Vidéo


Les Musiciens

Juan de Lerida, Guitare solo 

Joss Claveria,Guitare

Martcho Claveria, Cajon et chant

Cécilia Capozzo, Danse et piano